De la BCPST aux activités liés à la ville

Cette page contient des témoignages d’ingénieurs et d’élèves ingénieurs exerçant leurs métiers dans les secteurs très vastes de l’urbanisme : risques, architecture, transports, eaux. Des ancien(ne)s étudiant(e)s de classe préparatoire BCPST vous racontent leurs parcours, leurs souvenirs de classe préparatoire et les enjeux de leur métier.

R. S. , étudiant en 3e année à l’ENTPE & double diplôme de master à Centrale Lyon

temoignages-metiers-risques
Modélisation de la répartition des ions Cl au bout de 20 ans (à gauche) au bout de 60 ans (à droite)

Je suis étudiant en 3e année à l’ENTPE Lyon, en approfondissement « Environnement » et en double diplôme de Master « Risques et environnement » avec l’École Centrale de Lyon et les universités Lyon II et Lyon III.
J’ai effectué un stage au CEREMA (centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement) durant ma 2e année, et j’ai travaillé sur la culture du risque.

L’intérêt selon vous d’être passé par une classe préparatoire :

Une rigueur dans le travail personnel, l’apprentissage du goût de l’effort, le développement de sa capacité à s’exprimer à l’écrit mais aussi à l’oral. La classe prépa permet aussi d’acquérir une certaine vivacité d’esprit et offre des facilités de compréhension sur certains phénomènes complexes.
Elle permet aussi d’acquérir les bases dans les grands champs scientifiques, ce qui n’est pas forcément le cas d’autres filières préparatoires.

Que souhaiteriez-vous passer comme message clé aux étudiants de ATS Bio / BCPST / TB et qui pourrait leur être bénéfique ?

Pour moi, la clef de la formation, c’est la confiance en soi et la positivité !
Les occasions de déprimer sont trop nombreuses et ne font pas jamais avancer les choses.
J’ajouterai qu’il ne faut pas négliger la 5/2, qui doit être perçue avant tout comme une seconde chance pour améliorer ses résultats (les écoles que je pouvais intégrer en fin de première BCPST 2 ne me plaisaient pas) !