Des parcours de chercheurs

Cette page contient des témoignages de normaliens et d’élèves normaliens exerçant leurs métiers dans le secteur très vaste de la recherche et des autres activités accessibles à des normaliens. Des ancien(ne)s étudiant(e)s de classe préparatoire BCPST ou TB vous racontent leurs parcours, leurs souvenirs de classe préparatoire et les enjeux de leur métier.

Cette page sera enrichie périodiquement. Revenez pour lire de nouveaux parcours 🙂

V. B., vient d’être diplômé de l’ENS Paris-Saclay

temoignages-metiers-recherche-neurologie
Travail de recherche sur les éléments mobiles dans le cerveau

Mon objectif à long terme était de faire de la recherche, en arrivant en classes prépa, j’ai donc eu pour objectif principal d’accéder à une ENS. L’ENS Paris-Saclay forme principalement à la recherche, par la recherche en favorisant les stages et cours exigeants. Elle est très intégrée dans l’Université Paris-Saclay ce qui permet un choix de cours exceptionnellement diversifié et à la pointe dans tous les domaines de la biologie. L’ENS « oblige » à la prise de temps : le cursus est de minimum 4 ans. J’en ai fait 5 en me spécialisant en génétique et en microbiologie, puis en me réorientant en neurosciences et développement.
J’ai commencé par travailler sur les éléments mobiles de l’ADN chez les bactéries (+ stage Institut Pasteur). Je continue maintenant sur les éléments mobiles dans les cerveaux des vertébrés (+ stages Queensland Brain Institute, Australie, Université d’Amsterdam, Pays-Bas). Je commencerai ma thèse en Australie en partenariat avec Amsterdam.

L’intérêt selon vous d’être passé par une classe préparatoire :

La prépa m’a permis de connaître ma façon de travailler, notamment quels étaient mes points forts et faiblesses et donc de connaître les différentes phases d’apprentissage qui me sont nécessaires.

Que souhaiteriez-vous passer comme message clé aux étudiants de prépa et qui pourrait leur être bénéfique ?

Si vous visez un concours particulier (type ENS) il faut le préparer spécifiquement. Apprenez à travailler avec le programme officiel (disponible sur prépa.org).
Pensez à cuber (= faire une 5/2) si vous n’êtes pas satisfait de vos résultats et que votre marge de progression est importante.
Enfin, et c’est le point essentiel de la « réussite », l’entraide. Aidez les autres et faites-vous aider !

A. S., vient d’intégrer l’ENS Lyon

Je suis actuellement en L3 (donc en première année) à lENS de Lyon, que j’ai pu intégrer après une BCPST.
La majorité de mes cours se font en amphithéâtre avec 40–50 personnes.
Ces cours par enseignants-chercheurs nous enseignent les bases de la biologie (moléculaire, cellulaire, du développement, des écosystèmes etc.).

J’ai aussi plusieurs semaines de TP pendant l’année pour acquérir des méthodes indispensables à connaître en laboratoire.
Mon parcours de 4 ans à l’ENS de Lyon comprend aussi de très nombreux stages en laboratoire.
J’ai choisi cette école pour tous les stages et TP qu’on y fait, qui permettent de mieux comprendre et apprendre le métier de chercheur.Je souhaite par la suite faire de la recherche en biologie.

L’intérêt selon vous d’être passé par une classe préparatoire :

La prépa m’a apporté des connaissances dans un très grand nombre de matières.
J’ai donc l’impression d’avoir un socle de connaissances très solide et très vaste.

Cela est désormais utile lors de mes cours de biologie qui font très souvent appel à des connaissances de chimie, de maths et de physique.

Que souhaiteriez-vous passer comme message clé aux étudiants de prépa et qui pourrait leur être bénéfique ?

Le premier est de se donner les moyens de réussir afin d’intégrer l’école que vous souhaitez. Votre lycée ou prépa d’origine ne détermine pas nécessairement l’école que vous allez intégrer.

Le second serait d’intégrer l’école que vous souhaitez en fonction de votre plan de carrière et pas des attentes des autres profs, parents ou élèves.